Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

performance sur épave : "L'endormi"

Publié le par kalvez

undefinedPICT0003.JPGOuest-fr-5-nov-2007web2.jpg 


PICT0010.JPG


undefined









Les épaves ne veulent pas mourir…

 

 

 

Le samedi 3 novembre 2007, Quelmer la Passagère, dernier village avant le Barrage de la Rance, devient le théâtre d’une surprenante collaboration.

Un peintre, un photographe et une épave, munis chacun de leurs propres couleurs, décident de croiser leurs regards, le temps d’une marée.

Kalvez, artiste peintre et François Quinio, photographe professionnel, se faufilent entre les coques agonisantes de l’un des derniers cimetière de bateaux de la région.

L’échouée la plus reculée, scellée au sable, devient le support d’une intervention artistique.

Il est 6h30. Le cimetière des chalutiers, cotres et caboteurs ne laisse rien transparaître.

Le vieil échafaudage en bois monté, les boots assurés, pinceaux et peinture épousent la carène.

Infiltration discrète, la performance fait naître une œuvre de 5 mètres par 5.

« L’endormi » laisse glisser une lettre de sa main. Un instant se fige, il n’est pas mort.

Hommage au service rendu, fusion avec l’environnement, les lignes et couleurs de Kalvez redonnent vie à la carène.

Au même titre que les restes de l’échouage, la peinture évolue et se transforme avec le vent, le sel et les embruns.

La collaboration des artistes Kalvez et François Quinio permet de découvrir ou redécouvrir le cimetière de bateaux de Quelmer la Passagère.

A marée haute ou basse, sous un ciel dégagé ou crépusculaire les détours par la Passagère ne se ressemblent pas. La promenade gorgée de souvenirs entraîne avec elle l’imaginaire.

Oeuvre à la fois pérenne et vouée à l’effacement, les photographies de François Quinio cristallise cette performance.

Sortir de l’oubli, être reconnues…si les épaves ne veulent pas mourir, Kalvez et Quinio signent ici une belle dédicace au temps qui passe et à ses vestiges. 


Merci à VERONIQUE GOUDE pour ce très beau texte

Commenter cet article